Le Phare: «Luciano Castelli Self–Portrait 1973–1986»

Veröffentlicht am: Thu, 24/07/2014 Reviews Luciano Castelli, SELF-PORTRAIT 1973–1986

Les Inrock Style: «Où est le cool? Dans les autoportraits de Luciano Castelli»

Veröffentlicht am: Wed, 16/07/2014 Reviews Luciano Castelli, SELF-PORTRAIT 1973–1986

Flash Cocotte: «Leçon de glamour n°1 avec Luciano Castelli»

Veröffentlicht am: Mon, 12/05/2014 Reviews Luciano Castelli, SELF-PORTRAIT 1973–1986

EXPO LUCIANO CASTELLI PAR VINCENT SIMON

Leçon de glamour n°1 avec Luciano Castelli

 

Les essences, aussi pures soient-elles, ont besoin de s’incarner pour se manifester. La photographie est un moyen bien pratique d’en capter les images et de les reproduire, en petit ou en grand, en couleurs ou en noir et blanc, sous verre, sous Diassec, sur papier mat ou brillant, dans un livre, sur un écran, en un seul ou en un millier d’exemplaires. Elle a aussi le pouvoir magique d’arrêter le temps, de promettre la jeunesse éternelle et de tenir sa promesse. L’exposition « Luciano Castelli », à la MEP à Paris jusqu’au 25 mai prochain, explore toutes ces possibilités en présentant une bonne centaine de photographies d’un jeune homme brun aux yeux marrons, au visage joli et un peu banal, au corps glabre et souple, un jeune homme qui a tous les charmes du garçon. Il est amoureux des paillettes, du rouge à lèvre, des faux ongles, des fausses cils, des boas en plume, des basses résilles, des miroirs, des appareils photos, du rock, des feuilles d’or, des gants en cuir, de la nuit, des imprimés léopard, de son cul et, sans doute aussi, de sa propre image. C’est un adolescent qui s’amuse avec beaucoup de sérieux à faire des images.

 

« I would prepare for shoot as if they were a kind of ceremony. I would set up the lights, choose the props and costumes, and open up a bottle of champagne. »

 

Castelli réalisait des autoportraits en garçon maquillé, plus que travesti. Des « selfies » en somme, de ces photos que l’on fait avec sa webcam avant de sortir, pour montrer son outfit, son make-up, au monde entier, avant d’aller à la fête, où l’on aura sans doute déjà autre chose à faire. C’est d’ailleurs l’histoire de ce jeune homme extravagant, dont la clique était connue à Lucerne pour ses grosses motos, ses maquillages et ses déguisements – comme dans lachanson de Starmania – et qui fascina le directeur du musée local, Jean-Christophe Ammann, qui l’invita à participer à son exposition « Transformer » consacrée au glam dans l’art et la pop culture. Castelli est un dandy, quelqu’un pour qui le style est tout car il exprime ce que l’on désire, ce que l’on ressent intimement, là où ça communique, sur la pellicule, la face extérieure de soi. Il s’y consacre entièrement, avec passion. C’est un travail qui demande de la précision et requiert l’élégance de ne pas se laisser apercevoir. Cela produit une œuvre qui a la légèreté de l’instant, un moment que la photographie saisit dans son éternité.

Un jour de 1973, au milieu des photos de Lou Reed, David Bowie, Hibiscus, et des œuvres de Urs Lüthi, Jürgen Klauke, Luigi Ontani, Katharina Sieverding, qui formaient l’exposition « Transformer. Aspekte der Travesti », cette créature qui était un jeune homme rencontra une autre créature fabuleuse qui y était présente en images d’images, photographies noires et blanches repeintes, redessinées et re photographiées, créature aux mille jambes gainées de noir, aux sexes féminins et masculins s’intervertissant, aux yeux toujours charbonneux et à l’éternel et unique visage, celui de la poupée, une créature qui était alors un vieil homme quittant très rarement son appartement de la rue des Faussets à Bordeaux, Pierre Molinier. Cette rencontre entre images fut le début d’une belle histoire qui dura 3 ans, dont la MEP produit quelques pièces, lettres et photographies échangées. Molinier reçut de Ammann le catalogue de l’exposition, tomba amoureux des photos de Castelli, les rephotographia, les rehaussa à la main, les photographia de nouveau et les envoya au jeune homme. Début d’une correspondance de trois ans entre les deux artistes. L’un écrivait en allemand, l’autre en français. D’autres traduisaient. Castelli fini par faire traduire ses lettres en français et recopier en grandes lettres violettes les formes des mots pour Molinier.

C’est un amour d’images et de mots, rythmé de pulsations scopiques, la rencontre de deux fétichismes qui se lient l’un à l’autre. Cet amour n’a rien d’homosexuel. Il est d’autant plus troublant. Ce n’est pas un amour entre les deux hommes mais un amour de ces deux hommes, qu’ils produisent ensemble, pour le plaisir de chacun, un plaisir que chacun offre à l’autre, de voir certaines images, celles du jeune homme maquillé portant des collants ou des bas. Ce que les deux désirent voir, le jeune homme est celui qui peut le porter. Ils ne prennent pas du plaisir, ils en donnent. L’un à l’autre. Puis à nous. Molinier photographia Castelli en 1974 à Bordeaux. Au cours d’une séance de travail d’une journée et d’une nuit, dans le silence des photographies, les deux hommes se rencontrèrent. Ils y sont exactement comme ils sont, essentiellement, sans bouger aucunement. Pourtant ils sont ensemble, silencieux, sérieux, patients, occupés pendant des heures à faire les images.

Le très bon éditeur suisse Patrick Frey a publié un livre magnifique à l’occasion de l’exposition parisienne, Castelli  self-portrait 1973-1986. Il est grand et beau. Les reproductions en sont parfaites. La couverture en noir et blanc, au papier doux comme la peau, porte son titre en lettres glam rock sérigraphiées dans une encre rouge carmin dont la texture plastique ressemble à un vernis à ongles. Il vous en coûtera 70 € mais vous pourrez, pour toujours, avoir le jeune homme auprès de vous.

De toute façon allez voir l’exposition. En écoutant Make Up de Lou Reed. Vous n’avez aucune excuse pour la manquer. L’accès à la MEP est gratuit le mercredi de 17h00 à 19h45.

Vincent Simon

Interview.de: «Luciano Castelli: Selfies with Attitude»

Veröffentlicht am: Wed, 30/04/2014 Reviews Luciano Castelli, SELF-PORTRAIT 1973–1986

Luciano Castelli:
Selfies with attitude

 

Das Kleid, das Luciano Castelli trägt, ist mit so vielen Pailletten bestickt wie seine Selbstinszenierung Facetten hat. Ob als androgynes Fabelwesen, als Commedia-dell’Arte-Figur oder Glamrock-Diva: Der Schweizer Fotograf weiß sich und seinen Körper in Szene zu setzen. Meist erotisch aufgeladen, sind seine Arbeiten intim – und zugleich Austragungsort von Debatten über Gender, Identität und Individualität. Der französische Kunstkritiker Jean-Michel Ribettes sagt: „Castelli streut Konfusion in unser prüdes, niederträchtiges und merkantiles Herdendasein.“ Ein interessanter Satz, über den man mal länger nachdenken sollte. Und da es etwas dauern kann bis man ihn in seiner letzten Konsequenz intellektuell durchdringt, hat der großartige schweizerische Verlag Edition Patrick Frey den tollen Bildband „Luciano Castelli: Self-Portrait 1973-1986“ veröffentlicht, in dem eben Castellis Selbstportäts aus der Zeit von 1973 bis 1986 zu sehen sind.

 

30.04.2014KUNSTBILDBÄNDE DES MONATS
LUCIANO CASTELLI

Blick: «Immer ich!»

Veröffentlicht am: Thu, 24/04/2014 Reviews Luciano Castelli, SELF-PORTRAIT 1973–1986